Matinée de la FILE du 17 décembre 2015 à Wavre – Souvenirs

Matinée de la FILE du 17 décembre 2015

La FILE organisait une matinée « Spéciale FILE » le 17 décembre 2015 au Palais du Gouverneur à Wavre en vue de présenter ses nouveaux services et son nouveau logo. A cette occasion, les participants ont pu écouter le mot de la nouvelle Présidente, Natacha Verstraeten, et de son prédécesseur Jacques Ternest. Par ailleurs, Florence Pirard, chargée de cours à l’ULG, est venue nous parler des enjeux liés à la formation et au développement professionnel dans la professionnalisation dans l’accueil de l’enfance.

Ces discours et moments conviviaux suivaient une Assemblée générale extraordinaire réunie pour voter officiellement le changement d’adresse de la FILE, maintenant installée Place Bosch 24 à 1300 Wavre.

Les coordonnées complètes de la FILE

 

2015 une année en mouvement

(Re)vivez cette matinée via les photos de la journée et la présentation des nouveaux services et du nouveau logo.

  • QUELQUES MOTS POUR EXPRIMER SIMPLEMENT UN IMMENSE MERCI POUR TOUTES CES ANNEES QUI M’ONT PERMIS DE GRANDIR. MERCI à TOUS ET à TOUTES QUI ONT CHEMINE AVEC MOI PENDANT TOUT CE TEMPS.

    FILE-Matinee-20151217__0243J’ai grandi en même temps que la File. Je ne connaissais pas spécialement le secteur. Je connaissais le monde de l’enfance que je trouve toujours fabuleux. On m’a un jour demandé « la beauté, c’est quoi pour vous ? » J’ai répondu : « le sourire d’un enfant ». J’en suis toujours persuadé.

    J’ai donc pratiqué l’exercice de la présidence de la File depuis plus de 20 ans.

    Je me souviens de la première Assemblée Générale que je présidais. Il n’y avait pratiquement que des représentantes des Femmes Prévoyantes. Impressionnant. Heureusement, Marie José était à côté de moi… Nous avions un bureau dans les locaux de la Mutualité et puis dans ceux des Femmes Prévoyantes à Bruxelles.

    En 1995, j’ai eu l’occasion d’engager une vraie collaboratrice. Une jeune femme qui venait de terminer l’Unif. C’était son premier contrat. Fabiola venait de prendre contact avec la File. Elle ne l’a plus jamais quittée.

    Dès le départ, nous avons, à deux, sillonné la Communauté Française, organisé des réunions, négocié avec les pouvoirs subsidiants, rencontré le monde politique, associatif, syndical, collaboré avec l’ONE.

    Après quelques années, l’équipe s’est enrichie de 2 nouvelles têtes : Nathalie et Leila. L’occasion de poursuivre notre œuvre pionnière et de s’ouvrir au monde de la recherche, et  au milieu universitaire et d’assurer une permanence administrative.

    Nous avons organisé des séminaires et des colloques qui ont, très heureusement, laissé des traces en permettant aux membres de la File de s’enrichir des conclusions de ces manifestations.

    Je ne peux passer sous silence notre affiliation au FESC, moyen de subsistance indispensable, dès 1996, pour l’équipe File, équipe reconnue comme coordination et pour les membres de notre association devenue Fédération Patronale défendant tous ses membres et pas que face au FESC. Une Fédération laïque, c’est- à – dire non-confessionnelle, regroupant des milieux d’accueil privés ou publics.

    Aujourd’hui, en regardant derrière moi, je dirais que l’essentiel des premières années était axé sur deux dimensions : chercher comment survivre et comment développer nos idées, étoffer nos actions.

    L’objectif était d’être reconnu, de trouver une place dans l’univers de l’accueil de l’enfance, de devenir un interlocuteur indispensable et donc d’être vraiment une Fédération patronale.

    La File ne serait pas aujourd’hui ce qu’elle est si l’équipe n’avait pas fonctionné. Cette équipe s’est investie dans cette perspective et je me suis investi avec elle. Le C.A. de la File marchant dans la même direction. Je pense que nous devons remercier cette équipe pour tout ce travail accompli et remercier les membres du C.A. qui ont soutenu cette action.

    Quand j’ai senti que Fabiola maîtrisait parfaitement les matières concernées et était reconnue dans tous les aspects techniques liés à l’axe de l’enfance, j’ai levé le pied, ne gardant qu’un œil averti sur les aspects politiques et la gestion de la File. Fabia, dès lors, développé toute son envergure. Merci Fabi.

    Il y a un an, j’ai pensé qu’il était temps de passer la main comme président.

    Quelle joie de savoir que c’est Natacha qui a repris le flambeau. Qui mieux qu’elle peut s’investir dans ce milieu de l’accueil de l’enfant. Ses compétences sont reconnues, son engagement politique, sa capacité de travail extraordinaire sont d’autres éléments déterminants. Et pour moi, outre ces domaines fondamentaux, à côté de la profonde amitié qui nous lie, savoir que nous partageons les mêmes valeurs, le même souci de l’Autre, les mêmes convictions philosophiques, la même volonté d’aboutir m’a donné la garantie que la File continuerait le chemin et apporterait à notre Fédération les élans nécessaires pour aller plus loin, pour aller plus haut. Merci Natacha.

    Mais tout cela pour défendre quoi ?

    L’enfance, bien sûr. Mettre l’Enfant au Centre de nos préoccupations, cela implique quoi ?

    Certainement d’être au clair avec des valeurs. Ce mot «valeur » , depuis 1 mois, est repris sur toutes les chaînes de TV et de Radio. Mais jamais un représentant politique ou autre n’a défini ces valeurs.

    Les mots «   liberté, égalité, fraternité » , c’est quoi dans la vie ? Cela se vit comment ? Et puis il y a aussi la « tolérance » sur laquelle on pourrait se pencher pour l’expliciter et se mettre d’accord sur sa signification. Sans oublier le  «  respect », valeur déterminante dans le « vivre ensemble », mais aussi au sein des milieux d’accueil, dans les institutions, avec les professionnels et avec les parents.

    Toutes ces valeurs qui méritent d’être approfondies ne restent que des mots si elles ne se traduisent en actes concrets.

    Et ce qui chapeaute le tout, c’est l’AMOUR. Valeur primordiale qui devrait conduire toutes nos actions. Depuis Socrate jusqu’à Luc Ferry et André Comte Sponville, les philosophes ont examiné cette valeur pour arriver à la conclusion que rien n’est plus fort comme notion parce qu’elle renferme toutes les autres.

    Et pour mesurer l’importance de ces valeurs, retenons et aménageons celles qui peuvent être universalisables et émancipatrices.

    C’est la démarche que nous tenons à privilégier à la File. Depuis le début.

    Nous avons aussi toujours voulu donner du sens à nos actions. Du sens pour notre vie mais aussi pour celles et ceux qui militent dans ces milieux de l’enfance.

    Nos décisions, nos propositions sont prises à la lumière de nos valeurs traduites en actes et éclairées par le sens que nous voulons donner à nos actes, pour garder toujours l’Enfant au Centre de nos préoccupations. Le reste est une affaire de technicité, de maîtrise de la matière, d’organisation.

    Tout cela implique que dans nos relations de travail ou autres nous devons nous dégager de la notion de Pouvoir pour arriver à celle d’Autorité.

    Le Pouvoir enferme, maintient l’autre dans la dépendance. Il est contraignant et s’appuie sur la force.

    L’Autorité libère, rend l’Autre son propre auteur, suivant l’étymologie du mot. Elle s’appuie sur la compétence et le respect.

    Une société inclusive, telle que le souhaite la File, privilégie l’Autorité qui offre , avec les mêmes chances pour tous, un lieu pour libérer et épanouir le potentiel contenu en chacun de nous.

    Il y va de l’avenir des enfants comme de celui des professionnels qui les entourent.

    La File opère dans cette voie, la File est sur ce chemin.

    FILE-Matinee-20151217__0266Je souhaite à cette nouvelle équipe, dirigée par Natacha, opérationnalisée par Fabiola, communiquée par Serge et administrée par Samira, que la démarche continue et s’intensifie. C’est, me semble-t-il, bien parti en ce sens.

     

    Je vous remercie.

    Jacques Ternest.

    17 – 12 – 2015.