Résumé des visites d’Anne-Marie Fontaine dans les milieux d’accueil Liégeois

Résumé des visites d’Anne-Marie Fontaine dans les milieux d’accueil Liégeois

L’aménagement des espaces de jeu avec Anne-Marie Fontaine

La FILE a eu le plaisir d’accueillir Madame Fontaine durant plusieurs jours en Belgique durant les mois de janvier et février 2017 dans le cadre de journées pédagogiques mises en place au sein de plusieurs milieux d’accueil.

Madame Fontaine venait nous parler de l’aménagement des espaces de jeux, du choix des jouets proposés, de l’importance et de l’influence de la place de l’adulte dans l’environnement de l’enfant.

Lors de ces journées pédagogiques, les théories avancées par Madame Fontaine ont pu être confrontées au terrain. Elle a pu faire bénéficier quelques milieux d’accueil de son expertise et de ses excellents conseils.

FILE-AM_Fontaine-201702-huy

Commentaire d’Anne-Marie Fontaine à la lecture de ce résumé :

Ce résumé me fait revivre ces journées avec les équipes avec vraiment beaucoup de plaisir, tant l’énergie était positive ! C’était vraiment réjouissant !

Les visites

C’est avec le personnel réuni au complet de Grandir Asbl de Flémalle que la formation a débuté.

Madame Fontaine a chaleureusement été accueillie et écoutée. Elle présenté les recherches et les constats dressés suite aux observations faites sur le terrain avec son collègue Alain Legendre.

Très vite, la connexion s’est faite entre Madame Fontaine et son public de puéricultrices. Madame Fontaine est une excellente oratrice et ce qu’elle présente fait directement écho aux travailleurs qui n’ont pas hésité à poser des questions, à réagir et à partager leurs expériences ou constats du terrain.

Après une matinée théorique mais débordante d’exemples et d’animations pratiques, les puéricultrices ont dévoilé avec beaucoup de plaisir et de questions leur lieu de travail. Tout d’abord, elles nous ont présenté l’espace d’accueil des plus jeunes au rez-de-chaussée.

Les puéricultrices ont immédiatement mis en avant les difficultés spatiales rencontrées en raison de l’espace mis à disposition mais également liées à l’intendance requise par la réception des repas le matin et l’argent immédiatement perçu pour l’accueil de l’enfant. Madame Fontaine a écouté et réfléchi avec le personnel à l’amélioration de la visibilité de l’adulte dans cet espace restreint prenant en considération l’environnement et les meubles fixes (le change – la cuisine).

Madame Fontaine a proposé concrètement une méthode d’observation aux travailleurs sur les pleurs des enfants qui semblent apparaitre au moment où la puéricultrice va déposer les enfants à la sieste (dans une pièce annexe). Elle propose donc au personnel d’utiliser une grille d’observation et de noter ce qui déclenche les pleurs, à quels moments, … Une problématique liée au bruit de la porte (qui fait trembler l’immeuble) a également été soulevée et démontrée. Ensemble, des propositions de solutions ont été imaginées et ont retenu la meilleure attention de chacun.

Ensuite, l’après-midi s’est poursuivi à l’étage avec la découverte de la section des plus grands. L’espace est différent. Le personnel a développé les constats faits sur l’occupation des lieux par les enfants et a expliqué à Madame Fontaine le déroulement de la journée au sein des différents espaces de vie des enfants.

Directement des propositions, des idées sont nées au regard de ce qui avait été expliqué le matin même : un espace dinette en manque de contenant et de contenu ; un espace qui ne permet pas assez de liberté de mouvement (tourner autour de la table) ; un espace déguisement coincé entre deux murs, … Avant de modifier quoi que ce soit dans l’espace, Madame Fontaine a bien rappelé l’importance de commencer en premier lieu par l’observation qui permettra de voir quels sont les coins investis et/ou désinvestis par les enfants. Les changements devront être exécutés seulement ensuite.

Dans la pièce de vie la plus souvent occupée par les enfants, un constat est arrivé très vite : il manque d’offre de jeux dans cette pièce. Les enfants ont peu de matériel pour s’occuper lorsqu’ils sont là. Ils vont donc davantage solliciter l’adulte alors que celui-ci est justement occupé avec les arrivées et les départs. Des changements vont donc être opérés et du matériel de jeu proposé en plus grande quantité aux enfants : objets identiques (formes et couleurs), des contenants, des contenus de taille adaptée aux contenants, … bref une offre permettant aux enfants de créer plusieurs actions avec les objets proposés de manière à éviter les conflits.

Ensuite, la journée s’est clôturée par un échange de questions réponses très riches entre Madame Fontaine et les puéricultrices de Grandir asbl.

En clôture de cette première journée, on retient l’implication et l’excellente participation du personnel à la journée mais également l’importante prise de conscience sur les raisons de certains actes finalement davantage posés pour le confort de l’adulte (bruit-rangement-calme) que pour celui de l’enfant. Cette belle prise de conscience ouvre la porte sans doute à une remise en question individuelle et pourquoi pas collective.

Voici le retour de la coordinatrice pédagogique sur cette journée :

Nous avons tout particulièrement apprécié la clarté et la grande pertinence des propos de Madame Fontaine. Son intervention a eu pour effet de remobiliser les équipes autour du projet pédagogique et mon intention était effectivement de mettre en œuvre ses méthodes d’observation sans délai afin de repenser l’aménagement des services de Grandir Asbl.

Dès le lendemain, changement de décor, direction La Galipette pour la présentation directe du lieu d’accueil.

En effet, le personnel de l’institution a déjà entendu Madame Fontaine lors du colloque de la FILE en février 2016 ou la veille avec le personnel de Grandir Asbl. Au final, deux travailleurs sur 6 n’avaient pas connaissance du travail de Mme Fontaine mais des explications complémentaires ont été données par Madame Fontaine au fil de la matinée. Il est à noter que les travailleurs se sont montrés d’une implication et d’une énergie débordante dans l’aménagement de l’espace des petits bouts.

Dès notre arrivée, Madame Fontaine a souligné la présence de trois énormes pilasses (mur porteur) qui délimitaient l’espace pour les enfants et obstruaient la vue des petits sur les adultes.  La visite a commencé avec l’explication de l’espace mais déjà avec les questions, réflexions que certains avaient en ce qui concerne la théorie.

L’équipe a aussi parlé du coin doux qui n’est absolument pas utilisé…

Et Hop c’est parti les meubles bougent, on change l’ancien coin doux en coin dinette, le personnel remue l’espace, va chercher des tables, des chaises, du matériel pour aménager cet espace, tout cela sous les yeux émerveillés de Madame Fontaine qui voit le personnel appliquer ses conseils et surtout penser au développement de l’enfant mais avec les yeux de l’enfant et non plus celui de l’adulte…

Ensuite, ça sera l’ensemble du matériel de poupées qui sera passé au peigne fin. La Galipette déborde de matériel intéressant pour les enfants mais beaucoup de ce matériel est dans la réserve mais grâce à la présence de Madame Fontaine, on se rappelle, on sort des caisses de bouteilles vides, de bouchons que l’on a récoltés il y a quelques temps, on se rappelle avoir des morceaux de tuyaux tous identiques mais qu’on ne propose plus aux enfants… La réflexion et les nouvelles idées fusent. En continuant, le personnel constate que le garage est vide de contenu. Il est donc peu utilisé puisque rien n’est proposé à l’enfant pour jouer avec le garage. Avec tous les changements souhaités qui se mettront en forme l’après-midi encore, Madame Fontaine propose une méthode d’observation du nouveau coin cuisine mais en faisant bien attention également à la place occupée par l’adulte car la pièce présente plusieurs coins morts pour la visibilité de l’enfant. Avant de laisser le personnel poursuivre sa réflexion, Madame Fontaine leur délivre des conseils pratiques concernant l’utilisation du matériel de récupération qu’ils ont en quantité et qu’ils sous-utilisent. La matinée se terminera même par l’achat du livre de Madame Fontaine par la responsable de La Galipette.

Nous laissons La Galipette et son personnel continuer les modifications de l’espace. Les esprits sont bouillonnants d’idées et la volonté est forte de penser comme et pour l’enfant.

Nous nous dirigeons l’après-midi vers les Crèches de Seraing où l’espace est différent et la capacité d’accueil importante. Nous sommes dans un bâtiment moderne comprenant de nombreuses sections en fonction de l’âge des enfants et qui a déjà une importante réflexion sur ses pratiques pédagogiques.

C’est en grande messe que Madame Fontaine est reçue par l’ensemble du personnel. Des questions générales lui sont posées sur l’aménagement de l’espace et également sur la place de l’adulte et son influence sur le jeu des enfants. C’est donc l’occasion pour Madame Fontaine de reparler de la métaphore du phare. Bien que le groupe soit conséquent, Madame Fontaine répond aux questions avec aisance et de manière absolument éclairante pour le personnel. Les questions continuent avec comme thématiques la quantité de jouets à proposer, les façons de faire l’accueil du matin (avec ou sans les parents), la manière de donner les repas (timing- lieu), ….

Madame Fontaine constate à l’écoute des travailleurs que de nombreuses observations sont déjà mises en place lorsque des difficultés apparaissent ainsi que de nombreux tests aux niveaux des actions pour améliorer le bien -être des enfants. Madame Fontaine en est ravie et n’hésite pas à en faire part au personnel.

Ensuite, c’est une visite de deux espaces d’accueil qui est proposée.

Aucune modification immédiate ne sera faite mais avec son œil aguerri et à partir de ce qui est rapporté par le personnel, Madame Fontaine peut directement proposer des changements dans l’occupation de l’espace par les adultes (exemple déplacer un fauteuil de façon à ce que la lumière diffusée par le phare qu’est l’adulte ne soit pas au même endroit mais bien éclairante pour l’ensemble de l’espace).

Dans un espace accueillant les plus grands, des questions se posent autour de l’inutilisation du coin doux, sur la place d’un tapis au sol ou encore sur l’utilité d’un module au milieu de la pièce, …

Madame Fontaine ne donne pas de recettes, ni de réponses toutes faites. Elle renvoie les professionnels vers les enfants, leurs comportements, les messages qu’ils font passer. Elle propose donc de passer par l’observation des enfants afin de savoir où jouent les enfants et avec quels objets, …

Après cet après -midi bien chargée, Madame Fontaine clôture son intervention dans la grande salle avec le résumé des constations et des conseils donnés durant l’après-midi.

La semaine suivante, c’est au Village des Benjamins que nous nous retrouvons pour une matinée théorique qui sera poursuivi d’un après-midi pratique.

Pour le personnel du Village des Benjamins, la théorie apportée par madame Fontaine est nouvelle et fait tout à fait lien avec leur pratique.

L’image du PHARE, qui est de plus en plus connue, est nouvelle pour ce personnel dont le regard s’illumine à l’écoute de Madame Fontaine. On voit dans les regards les questions, les prises de conscience apparaitre. Le personnel se montre consciencieux et extrêmement motivé.

L’après-midi commence avec la visite des différents milieux d’accueil. Directement, le personnel se mobilise sur le changement car à partir de ce qu’il a entendu dans l’exposé de madame Fontaine le matin -même, il a su identifier et déjà mieux comprendre le comportement des enfants.

Le personnel impatient n’attendra pas le retour des enfants et la phase d’observation pourtant très conseillée. C’est un vrai raz de marée qui passe dans les lieux d’accueil l’après-midi. Le personnel discute avec Madame Fontaine et teste des aménagements sous les yeux de Madame Fontaine, on échange d’une section à une autre du matériel. Une belle collaboration se dévoile.

On s’entraide entre collègues pour trouver le meilleur espace. Alors qu’on continue avec Madame Fontaine la visite, les puéricultrices du premier espace visité continuent à travailler à la modification : on remplit la dinette, on prête attention aux meubles qui boucheraient la vue, on organise l’espace repas, …

Pendant ce temps, Madame Fontaine visite l’ensemble des sections d’accueil et prodigue des conseils au personnel, lance des interrogations. Tout ce qui a été entendu ce matin est mis en application. Le personnel teste des aménagements, réfléchit.

L’espace des moyens est difficile à agencer et les propositions de jeux sont pauvres mais le personnel se met en action et teste.

Au final et sous les yeux ébahis des puéricultrices, l’espace semble plus grand et surtout plus adapté en propositions de jeux. Presqu’un miracle… On sent monter l’impatience des puéricultrices de voir la réaction des enfants.

Ça sera par un espace d’accueil organisé dans une maison que se termine les visites de la journée. L’espace au rez de chaussée est assez restreint mais on réfléchit…

Avec Madame Fontaine et la motivation des puéricultrices, l’espace se modifie tout en respectant les zones appréciées par les enfants. Les idées fussent et les meubles bougent.

Le personnel est rayonnant et se montre impatient d’accueillir les enfants et de poursuivre le travail avec davantage de matériel. Ç’est à l’étage que la journée se finira en beauté. L’étage est très bien aménagé. On ressent l’attention et la réflexion des travailleurs quant à l’aménagement de l’espace au gré de l’évolution et des besoins des enfants.

Les interventions de Madame Fontaine se terminent donc sur cette notre positive et cette journée encore bien chargée d’échanges, d’idées inspirantes et positives autour des enfants.

Dans le courant du mois de février, ce sont les crèches de Huy qui accueillent Madame Fontaine. La journée commence par une présentation théorique devant une vaste assemblée réunissant le personnel des 3 crèches mais aussi les travailleurs de l’accueil extrascolaire. Bien que la thématique traitée par Madame Fontaine semble à priori s’adresser avant tout aux professionnels s’occupant des 0-3 ans, on constate rapidement que la question de l’aménagement de l’espace est bien une préoccupation générale.

A la fin de sa présentation, Madame Fontaine se fait d’ailleurs happer par son public à plusieurs reprises : que ce soit pour saluer la qualité de son intervention ou encore pour réfléchir concrètement à des questions du terrain (plan à l’appui 😉).

L’après-midi se voudra plus pratique. Direction la crèche de la rue saint Domitien à Huy pour des échanges en plus petit comité. Madame Fontaine oriente avec savoir-faire une discussion autour des ressentis des accueillantes quant à son intervention du matin, les liens avec leur pratique professionnelle et les perspectives offertes pour mieux répondre aux besoins des enfants. Le personnel ayant bénéficié peu de temps auparavant d’un accompagnement sur l’aménagement avec un autre intervenant, ce moment de dialogue est l’occasion de confronter les acquis des deux interventions et d’en débattre. L’accompagnement de Madame Fontaine se révèle être un approfondissement précieux amenant l’adulte à décentrer son regard pour se mettre à la hauteur de l’enfant.

La discussion de l’après-midi a permis d’aborder des problématiques variées comme l’accueil des enfants le matin, la relation avec le parent, la mise au lit des enfants, les pleurs, la diversité des jeux proposés mais également des discussions plus centrées sur les attitudes à tenir le matin avec les parents, la manière de gérer les morsures,… Toujours sans donner de réponse toute faite ou encore de formule magique, Madame Fontaine écoute le personnel et utilise son expérience et son expertise pour éclairer les travailleurs et construire avec eux des pistes de solution en insistant toujours, face à un public déjà convaincu, du rôle primordial de l’observation pour répondre et comprendre les besoins de l’enfant.

Madame Fontaine a ensuite fait le tour des lieux d’accueil en dispensant de précieux conseils notamment quant à la place des meubles dans le coin doux, la taille de la dinette ou encore la diversité du matériel à y présenter (lego, bouchon de bouteilles,).

Vient alors le moment de chambouler l’aménagement des lieux de vie. Tout le monde met la main à la pâte, même Mme Fontaine !

En conclusion, même si nous restons impatients d’évaluer l’impact du passage de Madame Fontaine dans les différents milieux d’accueil, nous sommes déjà convaincus du bilan plus que positif de notre collaboration avec Madame Fontaine qui a, de son côté, éprouvé beaucoup de plaisir à travailler en direct avec les milieux d’accueil et rencontrer un personnel motivé, attentif au bien- être des enfants et capable de se remettre en question. Bref, de belles rencontres…. À refaire sans aucun doute !

Les photos

Téléchargez ce résumé

Téléchargez ce résumé pour une lecture sur papier.

Téléchargement du résumé des visites d’Anne-Marie Fontaine dans les milieux d’accueil (4,2MB – PDF)

Envie de rencontrer Anne-Marie Fontaine ?

Anne-Marie Fontaine revient en Belgique le 22 juin 2017 dans le cadre des matinales organisées par l’ISBW

Programme des matinales 2017 à l’ISBW

Enregistrer