Viabilité des milieux d’accueil en danger

13 avril 2020

Les milieux d’accueil : un secteur essentiel qui risque de s’essouffler

Déjà sous financés avant, tous les milieux d’accueil souffrent durant la crise sanitaire
La viabilité de tous les milieux d’accueil (ceux dits « non subventionnés » et ceux qui le sont partiellement) n’est pas assurée.C’est inacceptable pour la  FILE. Nous attendons un engagement fort du Gouvernement pour leur survie pendant et après la crise !

Les milieux d’accueil constituent un outil indispensable d’une véritable politique d’égalité des droits entre tous les enfants et de conciliation des temps de vie. L’accueil de l’enfance répond à trois fonctions essentielles :

  • éducative (lieux d’éducation et d’apprentissages),
  • sociale (réduction des inégalités, lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale)
  • et économique (accès et/ou maintien sur le marché du travail).

Ce secteur, déjà au départ sous financé, est encore davantage mis à mal dans cette période de crise.

2020-04-10

Le Gouvernement demande aux milieux d’accueil, considérés comme des services essentiels, de rester ouverts, pour l’accueil des enfants des travailleurs tenus en activité dans le cadre de la crise, des familles en difficulté d’accueil et des publics fragilisés.

Dans le même temps, en solidarité avec les familles qui ne mettent pas leurs enfants en milieux d’accueil, le gouvernement a décidé qu’elles ne devraient pas payer de participation financière.

Si ces mesures font sens en termes de solidarité, elles mettent drastiquement à mal financièrement les milieux d’accueil, d’autant que :

  • les mesures d’indemnisations sont insuffisantes pour les milieux d’accueil « non subventionnés » concernés
  • les indemnisations ne concernent pas tous les milieux d’accueil (ni les milieux partiellement subventionnés, ni le secteur ATL)

Nous voudrions insister sur le caractère indispensable d’une 2e vague d’appui au secteur de l’accueil de l’enfance et sur l’inclusion de tous les milieux d’accueil dans cette 2e vague. Les interventions dans ce cadre devraient pouvoir s’inscrire dans la durée en vue d’assurer la viabilité de ce secteur aujourd’hui et demain.

En ce sens, nous ne pourrons pas faire l’économie d’une compensation (au moins partielle) de la participation financière des parents, en équité entre tous les milieux d’accueil.

Cette participation financière des parents est essentielle. Elle est une spécificité du secteur de l’accueil de l’enfance par rapport à d’autres : c’est elle qui permet de couvrir les emplois non prévus par la norme minimale actuelle, revue dans le cadre de la réforme, d’assurer des frais de fonctionnement qui, pour d’autres secteurs, sont couverts par des subsides, ainsi que les besoins en infrastructure.

Nous attendons du Gouvernement un engagement fort pour maintenir la viabilité des milieux d’accueil, pendant et après crise..

Nous restons disponibles et demandeurs de chercher des solutions pour optimiser les moyens, et ainsi rencontrer les objectifs communs repris ci-dessus.

Faute de cela, des fermetures, des pertes d’emploi et de rémunérations, sont malheureusement à l’ordre du jour pour de nombreux milieux d’accueil, quel que soit leur « type » ! il en va de la survie de ce secteur, si essentiel.

Malgré le nombre d’interpellations et d’appels du secteur, nous n’avons toujours pas été entendus.

 

Personnes de contact

Cécile Van Honsté, Directrice 

Natacha Verstraeten, Présidente

0473 49 84 54

contact(a)fileasbl.be